Un peu d’histoire

Le temps des Cevennes

le-temps-des-cevennesAu printemps 71, j’avais 14 ans, j’ai vu Jean Jacquinot tourner une grosse Motte d’argile noire. Elle s’est transformée en une sphère parfaite et pleine. Fascinée… « je serai potière ».

Chez lui, j’ai découvert un univers d’argile douce, de chansons, de livres et de photographies. Noir et blanc. La cuisine et les épices de Christiane. Il y avait aussi les soirées entre amis, sous la lune, devant la maisonnette, entourée de lupins, de groseilles, d’arbres en fleurs. Ecouter les bruits de la nuit. J’y étais bien. Quelques années plus tard, Jean m’a construit mon premier tour à pied, mon four à bois, dans les Cévennes. La fascination pour le feu est arrivé. Monter les degrés, débraiser vers 1100°C, lutter pour parvenir à 1300°C. Ecouter les chaînes se dilater, la respiration du feu, jeter du bois au bon moment. Voir par le regard, la matière en fusion, les glaçures se napper, le four passer du rouge, au jaune, au blanc, aveuglement. Les lectures faisant chanter la matière : Daniel de Montmollin, Bernard Leach,le Rhodes, la Céramique japonaise, etc.

Chercher, Calculer, Essayer, Rater, Recommencer… jusqu’à obtenir la couleur,la douceur, la matière qui me ferait sourire de bonheur… Puis un blocage, le rêve et le désir de le dépassser, le temps de l’usine de céramique, des études avait sonné… aller plus loin… A présent…suite à bien des déboires… je reprends mon flambeau doucement, calmement.

le-temps-des-cevennes-ILLUSTRATION